Esperer-isshoni.info

Shintô - la découverte de l’Autre (français, English, 日本語)

lundi 31 mars 2014 par Phap

Les « Chroniques des choses du passé » (Kojiki en japonais) racontent comment l’impératrice Jingû soumit le royaume coréen de Silla avec l’aide des kami de Sumie au Japon.

1) Nous sommes dans la mythologie du shintô, la "voie des kami", une religion autochtone japonaise. A la différence de religions universalistes – au sens de religions à visée universelle -, le shintô s’adresse uniquement à la nation japonaise, et rien dans son message ne pousse ses adeptes à y faire adhérer les autres nations.
Pour étayer notre propos, rappelons que le Kojiki commence en racontant seulement la création du Japon, la « terre intermédiaire des plaines de roseaux »  [1].

Il faut bien qu’à un moment ou un autre, ce centrage sur la terre et la nation japonaises prenne en compte l’Autre, à savoir le continent, et sur ce continent en particulier la Corée. Or cette prise en compte se fait sur le mode de la subordination : dans le passage du Kojiki cité ci-dessous, deux des royaumes de Corée proclament leur allégeance à l’impératrice Jingû.
Cette allégeance est provoquée par l’évidence de la domination de l’impératrice Jingû : elle n’a qu’à paraître avec son vaisseau – ou sa flotte – pour qu’immédiatement le roi / chef de Silla  [2] se soumette. Pourquoi la domination de l’impératrice est-elle si évidente ? Parce que les trois kami de Sumie – et avec eux la tête des kami célestes, le kami féminin solaire Amaterasu no ookami – ont décidé cette soumission. Et malheur à celui qui ne croit pas à leur volonté : l’époux de la future impératrice Jingû, l’empereur lui-même  [3], paie son doute de sa vie.

2) Quelle est la réalité historique qui a inspiré ce mythe ? Personnellement, nous y lisons la légitimation d’une visée politique de subordination du pays d’en face : selon nous, le mythe attribue aux kami la volonté des dirigeants politiques du Yamato  [4].

Au delà de cette analyse factuelle, nous nous engageons maintenant sur le plan des valeurs, pour regretter que la découverte de l’Autre se fasse sous la forme d’une volonté de domination, de pouvoir. On peut lire cette tendance aussi ailleurs, dans d’autres religions et d’autres mythes : cela ne nous console pas pour autant. Est-ce qu’il n’y a pas d’autres façons de se rencontrer que sous le mode de la confrontation pour savoir qui est le plus fort ?

3) Heureusement pour l’histoire des hommes, la réponse est oui. Oui, il y a aussi une autre histoire, celle de la coopération, de la fécondation mutuelle. Et heureusement encore pour nous, cette histoire-là figure elle-aussi dans le Kojiki.

  • Ainsi, c’est de la Corée que le fils de l’impératrice Jingû, l’empereur Ôjin  [5] recevra le confucianisme, ainsi que des techniques de forgeron, de distillation du sake et de tissage (la technique de tissage provenant de la Chine, d’après le Kojiki).
  • Notons que dans ce passage, le chef du Paeksche de Corée envoie des cadeaux significatifs pour le shintô : une épée et un miroir.
  • Le Kojiki rapporte que les immigrés coréens qui ont apporté ces techniques et ces savoirs ont fait souche au Japon. Ils ont prospéré et occupé des situations importantes dans la société japonaise, puisqu’une impératrice aura l’occasion de se réfugier dans la maison d’un homme  [6]. Le récit sous-entend que ce Coréen a introduit au Japon le ver à soie, et donc la sériculture et en aval le tissage de la soie.
  • Le Kojiki rapporte que c’est un ambassadeur coréen de Silla  [7], versé dans l’art des remèdes – la médecine – qui guérit un empereur malade.
  • Pour finir, signalons que l’impératrice Jingû elle-même a dans sa lignée un ancêtre coréen  [8].

4) Ces exemples montrent que la rencontre avec le continent – la Corée, et à travers elle, la Chine - a été un moment fécond pour la culture japonaise. Les apports des immigrés ont permis au Japon de développer des artisanats, une écriture, une administration, une pensée qui ont permis au Japon de progresser  [9] dans l’affirmation de son identité propre.

5) Cette identité s’est aussi construite sur un mode polémique, quand l’emprunt se faisait sous le mode de la violence, de l’agression : agression des autres, mais aussi agression par les autres : le shintô a pu se sentir menacé par l’arrivée de la religion bouddhiste importée du continent, et il a dû composé avec lui. Il est notable que le Kojiki ne mentionne à aucun moment le bouddhisme : la chronique s’arrête à l’impératrice Suiko et ce n’est sans doute pas un hasard : c’est à son époque que le bouddhisme va être favorisé par l’État japonais du prince régent Shotoku.

6) Signalons pour conclure que ce passage met en lumière un fond chamanique / animiste du shintô :

  • le rôle des femmes dans le shintô ancien, avec la figure de l’impératrice en chamane, medium entre le monde des kami et celui des hommes [10]. Notons aussi que l’instrument de musique qu’est le koto permet de communiquer avec les kami : ce n’est pas un hasard si l’empereur joue du koto au moment de l’oracle.
  • la composition du kami à partir de plusieurs "âmes" de nature différente  [11].

© esperer-isshoni.fr, décembre 2012
© esperer-isshoni.info, mars 2014


Le texte

Nous nous sommes basés sur le 古事記 Kojiki, "les chroniques du passé", qui daterait de 712 après Jésus-Christ.
Pour une traduction complète, voir : Le Kojiki (chronique des choses anciennes), introduction, traduction intégrale et notes par Masumi et Maryse SHIBATA, Édtions G.-P. Maisonneuve et Larose, Paris, 1969, 259 p.

Kojiki en ancien japonais en japonais contemporain en français, traduit de l’anglais par moi en anglais
神功皇后 Jingû kôgô - L’impératrice Jingû
其大后息長帶日賣命者、當時歸神。 皇后のオキナガタラシ姫の命(神功皇后)は神懸(かみがか)りをなさつた方でありました。 En ce temps là, l’impératrice, l’auguste princesse Okinaga tarashi [l’impératrice Jingû] était en relation avec des kami. This Empress, Her Augustness Princess Okinaga-tarashi, was at that time, divinely possessed.
故、天皇坐筑紫之訶志比宮、將撃熊曾國之時、天皇控御琴而、 天皇が筑紫の香椎の宮においでになつて熊曾の國を撃とうとなさいます時に、天皇が琴をお彈(ひ)きになり、 Aussi, alors que l’empereur  [12], qui résidait dans le palais de Kashihi en Tsukushi, s’apprêtait à envahir le pays de Kumaso, et qu’il était en train de jouer de son auguste luth [13], So when the Heavenly Sovereign, dwelling at the palace of Kashihi in Tsukushi, was about to smite the Land of Kumaso, the Heavenly Sovereign played on his august lute,
建内宿禰大臣居於沙庭、請神之命 タケシウチの宿禰が祭の庭にいて神の仰せを伺いました。 tandis que le premier ministre Takeuchi no Sukune s’enquerrait des ordres des kami dans le jardin consacré, and the Prime Minster the Noble Take-uchi, being in the pure court, requested the divine orders.
於是大后歸神、言教覺詔者、 ここに皇后に神懸りして神樣がお教えなさいましたことは、 L’impératrice, possédée par les kami, lui transmit l’instruction et le conseil suivants : Hereupon the Empress, divinely possessed, charged him with this instruction and counsel :
「西方有國。金銀爲本、目之炎耀、種種珍寶多在其國。吾今歸賜其國。」 「西の方に國があります。金銀をはじめ目の輝く澤山の寶物がその國に多くあるが、わたしが今その 國をお授け申そう」と仰せられました。 « Dans la direction de l’ouest, il y a un pays qui regorge de trésors éblouissants pour les yeux : de l’or à l’argent et ainsi de suite. Je veux te soumettre cette terre à partir de maintenant. » "There is a land to the Westward, and in that land is abundance of various treasures dazzling to the eye, from gold and silver downwards. I will now bestow this land upon thee."
爾天皇答白、「登高地見西方者、不見國土。唯有大海。」 しかるに天皇がお答え申されるには、「高い處に登つて西の方を見ても、國が見えないで、ただ大海のみだ」と言われ て、 Mais l’empereur répondit : « Quand on monte sur un endroit élevé et qu’on regarde vers l’ouest, on ne voit aucun pays, mais seulement la mer immense ». Then the Heavenly Sovereign replied, saying : "If one ascend to a high place and look Westward, no country is to be seen. There is only the great sea ;"
謂爲詐神而、押退御琴不控、默坐。 詐(いつわり)をする神だとお思いになつて、お琴を押し退けてお彈きにならず默つておいでになりました。 Pensant que les kami mentaient, il posa son auguste luth à l’écart sans plus en jouer, et il se tint assis en silence. and saying, "They are lying Deities," he pushed away his august lute, did not play on it, and sat silent.
爾其神大忿詔、「凡茲天下者、汝非應知國。汝者向一道。」 そこで神樣がたいへんお怒りになつて「すべてこの國はあなたの治むべき國ではないのだ。あなたは一本道にお進みなさい」と仰せられました。 Les kami se fâchèrent à l’extrême et dirent : « Finalement, tu ne mérites pas de régner sur la terre de ce pays. Va-t-en sur le chemin qui est unique et sans retour ». Then the Deities were very angry, and said : "Altogether as for this empire, it is not a land over which thou oughtest to rule. Do thou go to the one road !"
於是建内宿禰大臣白、「恐。我天皇。猶阿蘇婆勢其大御琴。」 そこでタケシウ チの宿禰が申しますには、「おそれ多いことです。陛下、やはりそのお琴をお彈き遊ばせ」と申しました。 Alors le noble ministre princier Takeuchi no sukune dit : « C’est effrayant. Mon Empereur ! Continuez à jouer de votre auguste luth ». Hereupon the Prince Minister the Noble Take-uchi said ; "[I am filled with] awe, my Heavenly Sovereign ! Continue playing thy great august lute."
【自阿至勢以音】爾稍取依其御琴而、那摩那摩迩【此五字以音】控坐。 そこで少しその琴をお寄せになつて生々(なまなま)にお彈きになつておいでになつたところ、間も無く琴の音が聞えなくなりました。 Il rapprocha alors son luth et se mit à en jouer faiblement. Très rapidement, le son de l’auguste luth devint inaudible. Then he slowly drew his august lute to him, and languidly played on it. So almost immediately the sound of the august lute became inaudible.
故、未幾久而、不聞御琴之音。 即擧火見者、既崩訖。 そこで火を點(とも)して見ますと、既にお隱(かく)れになつていました。 Quand on alluma la lumière pour voir ce qui se passait, on le découvrit mort. On their forthwith lifting a light and looking, [the Heavenly Sovereign] was dead.
爾驚懼而、坐殯宮、更取國之大奴佐而  そこで驚き恐懼(きようく)して御大葬の宮殿にお遷し申し上げて、更にその國内から幣帛(へいはく)を取つて、 Surpris et remplis d’effroi, on le déposa dans le palais morturaire, puis on rassembla les offrandes aux kami en provenance du pays, Then, astonished and alarmed, they set him in a mortuary palace, and again taking the country’s great offerings  [14],
【奴佐二字以音】種種求生剥、逆剥、阿離、溝埋、屎戸、上通下通婚、馬婚、牛婚、鷄婚、犬婚之罪 類、爲國之大祓而、 生剥(いけはぎ)・逆剥(さかはぎ)・畦離(あはな)ち・溝埋(みぞう)め・屎戸(くそへ)・不倫の結婚の罪の類を求めて大祓(おおばらえ)してこれを清め、 On enquêta sur toutes sortes de crimes  [15], comme écorcher vif et écorcher vers l’arrière, démolir les digues des rizières, combler les canaux, éparpiller les excréments et l’urine, les unions entre supérieurs et inférieurs[relations incestueuses]], les unions avec le bétail, la volaille, les chiens  [16] et l’on procéda à la grande purification  [17] du pays. seeking out all sorts of crimes, such as flaying alive and flaying backwards, breaking down the divisions of rice-fields, filling up ditches, evacuating excrements and urine, marriages between superiors and inferiors  [18], marriages with horses, marriages with cattle, marriages with fowls, and marriages with dogs, and having made a great purification of the land,
亦建内宿禰居於沙庭、請神之命。 またタケシウチの宿禰が祭の庭にいて神の仰せを願いました。 Une nouvelle fois, le noble Takeuchi no sukune se tint dans le jardin sacré pour solliciter les ordres des kami the Noble Takeuchi again stood in the pure court and requested the Deities’ commands
於是教覺之状、具如先日、「凡此國者、坐汝命御腹之、御子所知國者也。」 そこで神のお教えになることは悉く前の通りで、「すべてこの國は皇后樣のお腹においでになる御子の治むべき國である」とお教えになりました。 Leur instruction et leur conseil de la veille furent alors réitérés de la même manière : « En somme, ce pays sera gouverné par l’auguste fils issu du ventre auguste de votre auguste Majesté ». . Thereupon the manner of their instruction and counsel was exactly the same as on the former day : "Altogether this land is a land to be ruled over by the august child in Thine Augustness’s august womb."
爾建内宿禰白、 「恐。我大神。坐其神腹之御子、何子歟。」答詔、「男子也。」  そこでタケシウチの宿禰が、「神樣、おそれ多いことですが、その皇后樣のお腹(はら)においでになる御子は何の御子でございますか と[#「ございますか と」はママ]申しましたところ、「男の御子だ」と仰せられました。 Le noble Takeuchi no sukune dit ensuite : « rempli de crainte, j’ose demander : de quel sexe est cet auguste enfant né du ventre du kami ? ».
La réponse fut : « C’est un enfant mâle ».
Then the Noble Take-uchi said, "[I am filled with] awe, my Great Deities] The august child in this Deity’s womb, what [sort of] child may it be ?" [The Deities] replied, saying : "It is a male child."
爾具請之、「今如此言教之大神者、欲知其御名。」 そこで更にお願い申し上げたことは、「今かようにお教えになる神樣は何という神樣ですか」と申しましたところ、 Ensuite, il fait préciser : « Je désirerais connaîtremaintenant les augustes noms de kami qui viennent de faire connaître leurs instructions ». Then [the Noble Take-uchi] requested more particularly, [saying] : "I wish to know the august names of the Great Deities whose words have now thus instructed us."
即答詔、「是天照大神之御心者。亦底筒男、 中筒男、上筒男、三柱大神者也。【此時其三柱大神之御名者顯也。】 お答え遊ばされるには「これは天照らす大神の御心だ。またソコツツノヲ・ナカツツノヲ・ウハツツノヲの三神だ。 Ils répondirent : « C’est la volonté d’Amaterasu no oo kami mais aussi des trois kami : Sokoshi tsutsu no wo, Naka tsutsu no wo et Ura tsutsu no wo  [19]. » Voilà quand furent manifestés les augustes noms des trois grands kami Forthwith [the Deities] replied, saying : "It is the august doing of the Great-August-Heaven-Shining-Deity, likewise it is the three great Deities Bottom-Possessing-Male, Middle-Possessing Male and Surface-Possessing-Male.  [20] (At this time the august names of these three great Deities were revealed)
今寔思求其國者、於天神地祇、亦山神及河海之諸神悉奉幣帛、 今まことにあの國を求めようと思われるなら、天地の神たち、また山の神、海河の神たちに悉く幣帛(へいはく)を奉り、 « Maintenant, si vous désirez réellement chercher ce pays, vous devez offrir les offrandes sacrées  [21] aux kami célestes  [22] et aux divinités terrestres  [23], aux kami des montagnes, des rivières, des mers. If now thou truly thinkest to seek that land, thou must, after presenting the offerings  [24] to every one of the Heavenly Deities and Earthly Deities, and likewise of the Deities of the mountains and also of all the Deities of the river and of the sea,
我之御魂、坐于船上而、眞木 灰納瓠、亦箸及比羅傳【此三字以音】多作、皆皆散浮大海以可度。 わたしの御魂(みたま)を御船(みふね)の上にお祭り申し上げ、木の灰を瓠(ひさご)に入れ、また箸(はし)と皿とを澤山に作つて、悉く大海に散(ち)らし浮(うか)べてお渡(わた)りなさるがよい」と仰せなさいました。 Vous installerez sur le haut du bateau mon auguste « âme »  [25] ; vous introduirez dans des calebasses les cendres de l’arbre sanagi  [26], vous fabriquerez des baguettes et des plateaux de feuilles que vous répandrez sur les flots de la mer immense que tu traverseras. » and setting our august spirits on the top of thy vessel, put into gourds the ashes of the podocarpus macrophylla tree, and likewise make a quantity of chopsticks and also of leaf platters, and must scatter them all on the waves of the great sea, that thou mayest cross over."
故、備如教覺、整軍雙船、度幸之時、海原之魚、不問大小、悉負御船而渡。爾順風大起、御船從浪。 そこで悉く神の教えた通りにして軍隊を整え、多くの船を竝べて海をお渡りになりました時に、海中の魚どもは大小となくすべて出て、御船を背負つて渡りました。 Ils se conformèrent à ces instructions et rassemblèrent leurs troupes sur des bateaux. Lors de la traversée, les poissons des abimes grands et petits, transportèrent sur leur dos les augustes bateaux, tandus qu’un vent favorable les entraînait sur les flots. So when [she] punctually fulfilled these instructions, equipped an army, marshalled [her vessels, and crossed over, the fishes of the sea-plain, both great and small, all bore the august vessels across their backs, and a strong favourable wind arose, and the august vessel followed the billows.
故、其御船之波瀾、押騰新羅之國、既到半國。 順風が盛んに吹いて御船は波のまにまに行きました。 その御船の波が新羅(しらぎ)の國に押し上つて國の半にまで到りました。 Les flots montants et descendants poussèrent les augustes vaisseaux jusqu’au milieu du pays du Shiragi  [27]. So the wave 1 of the august vessel pushed up onto the land of Shiragi reaching to the middle of the country.
於是其國王畏 惶奏言、 依つてその國王が畏(お)じ恐れて、 Alors le souverain du pays  [28], effrayé et tremblant, fit cette requête : Thereupon the chieftain of the country, alarmed and trembling. petitioned [the Empress], saying :
「自今以後、隨天皇命而、爲御馬甘、毎年雙船、不乾船腹不乾sawo[扁舟旁右施]kadi[扁楫旁戈]。共與天地、無退仕奉。」 「今から後は天皇の御命令のままに馬飼(うまかい)として、毎年多くの船の腹を乾(かわか)さず、柁(かじさお)を乾(かわか)さずに、天地のあらんかぎり、止まずにお仕え申し上げましよう」と申しました。 « Désormais, soumis aux ordres de l’Empereur  [29], je fournirai la nourriture à ses augustes chevaux et je rassemblerai des bateaux chaque année de telle sorte qu’aucune coque ni aviron ni barre n’aient le temps de sécher. Tant que ciel et terre dureront, je le servirai respectueusement sans faillir ». "From this time forward obedient to the Heavenly Sovereign’s commands, I will feed his august horses and will marshal vessels every year, nor ever let the vessels’ keels dry or their poles and oars dry, and will respectfully serve him without drawing back while heaven and earth shall last."
故是以新羅國 者、定御馬甘。百濟國者、定渡屯家。 かような次第で新羅の國をば馬飼(うまかい)とお定め遊ばされ、百濟(くだら)の國をば船渡(ふなわた)りの役所とお定めになりました。 Ainsi fut-il décidé que le pays de Shiragi élèverait les augustes chevaux, tandis que le pays de Kudara  [30] servirait de point d’appui. So therefore the Land of Shiragi  [31] was constituted the feeder of the august horses, and the Land of Kudara was constituted the crossing store.
爾以其御杖、衝立新羅國主之門、即以墨江大神之荒御魂、爲國守神而祭鎭、還渡也。 そこで御杖を新羅の國主の門におつき立て遊ばされ、住吉の大神の荒い御魂を、國をお守りになる神として祭つてお還り遊ばされました。 Puis l’auguste sceptre fut imposé sur la porte du chef  [32] de Shiragi et, le pays ayant placé sous la protection des augustes âmes violentes  [33] des grands kami de Sumie  [34], ils traversèrent la mer pour le retour. Then the Empress stuck her august staff on the gate of the chieftain of Shiragi, and having made the Rough August Spirits  [35] of the Great Deities of the Inlet of Sumi the guardian Deities of the land, she laid them to rest,  [36] and crossed back.

esperer-isshoni.fr, décembre 2012
esperer-isshoni.info, mars 2014

[1葦原中國 Ashihara no Nakatsukuni

[2le texte parle du roi 王 puis du chef 主 de Silla

[3l’empereur Chu ai, appelé 帶中日 Tarashinakatsu dans le Kojiki

[4倭 en japonais

[5Homudawake no mikoto 品陀和氣命 dans le Kojiki

[6韓人 : kara bito. Ce Coréen s’appelait Nurinomi 奴理能美.

[7云金波鎭漢紀武 Koma-Hachi- mu-Kamuki-Mu

[8Ama-no-hi-boko, 天之日矛 fils d’un chef du royaume de Silla

[9nous n’adoptons pas le postulat relativiste qui nie la possibilité de progrès universel

[10on consulte l’intermédiaire, pour connaître l’avenir, l’issue d’une entreprise ; la consultation suppose un lieu, une musique spéciale

[11Le dernier point nous renvoie en une croyance animiste qui voit dans chaque être animé le résultat d’une réunion provisoire d’ "esprits", d’ "âmes" de nature différente. Le medium a entre autres missions de réunir les "esprits" constitutifs de la personne : s’il le faut, il ira chercher lors d’un voyage au pays des "esprits" les "âmes" manquantes.

[12天皇 tennô en japonais

[13koto en japonais

[14These "offerings" (nusa) are the same as those mentioned in Sect. XVI (Notes 24 and 25) under the names nigi-te and mitegura. They consisted of cloth, for which in later times paper has been substituted.

[15on retrouve pour partie les crimes commis par Susanoo no mikoto

[16le texte en japonais contemporain ne donne pas ces précisions, à la différence du texte originel : pudeur moderne contre verdeur ancienne sans doute.

[17oobarae 大祓 en japonais

[18i.e., incest between parents and children

[19ces trois kami sont nés lors de la purification d’Izanagi no kami à son retour du royaume des morts

[20Soko-dzu-tsu-no-wo, Naka-dzu-tsu-no wo, and Uha-dzu-tsu-no-wo three of the deities born at the time of the purification of Izanagi (the "Male-Who-Invites") on his return from Hades, and known collectively as the Deities of the Inlet of Sumi. (See Sect. X, Notes 18 and 22).

[21幣帛 hei haku en japonais : les tissus blancs et bleus, qui seront remplacés par des offrandes en papier

[22天神 ten jin en japonais

[23地祇 chigi en japonais

[24I.e., the sacred offerings of white and blue cloth.

[25御魂 mi tama en japonais

[26podocarpus macrophylla

[27新羅 Shiragi : un des trois anciens états de la Corée

[28國王, le roi du pays

[29天皇 tennô  : l’empereur japonais

[30百濟 Kudara en japonais, 백제 Paekche en coréen : l’un des trois anciens royaumes de Corée avec celui de Shiragi 新羅 et de Koguryô 高句麗

[31In Sinico-Japanese Shin ra, one of the three states into which Korea was anciently divided, the other two being known in pure Japanese as Kudara and Koma (in Sinico-Japanese Hiyaku-sai and Kōrai ). Shiragi is evidently a mere corruption of the Sinico-Japanese form, which closely resembles the native Korean Shin-la. The origin of the pure Japanese forms of the other two names is obscure.

[32國主 en japonais

[33荒御魂 ara mi tama. On peut aussi traduire 荒 ara par « brutal », « rude ».
Chamberlain précise en note : « ara mi tama est l’opposé de Nigi mi tama 和御魂 , les « augustes âmes douces / tranquilles / harmonieuses ». On trouve aussi les saki mi tama 幸御魂 , les « augustes âmes auspicieuses / heureuses » et les kushi mi tama 奇御魂 , les « augustes âmes miraculeuses ». Il faut comprendre dans ce passage que les « augustes âmes douces » flottaient au dessus de la jonque impériale pour la protéger, tandis que les « augustes âmes violentes » présidaient aux faits d’armes de l’impératrice et maintenaient l’ennemi dans l’obéissance ».
Chamberlain fait référence à la théorie shintô du ichirei shikon (一霊四魂) qui considère que l’ « esprit » comme rei 霊 résulte de l’agglomération de 4 composantes indépendantes, 4 « âmes » 魂, « kon  » ou « tama  » - voir article correspondant dans Wikipedia

[34墨江

[35Ara-mi-tama, the antithetical term to which is Nigi-mi-tama, ’’ Gentle August Spirit." We also find Saki-mi-tama and Kushi-mi-tama, which signify respectively "August Luck-Spirit "and "Wondrous August Spirit." In this passage it must be understood that the spirits which floated above the Imperial junk to protect it were the "Gentle August Spirits," while the "Rough August Spirits" presided at the Empress’s feats of arms and kept the enemy in subjection. Motowori warns us not to fall into the mistake of supposing that the Rough and Gentle Spirits of a god were separate individualities, they being only, according to him, various manifestations of the same individuality. The student is advised to consult his beautifully written note on the subject of these spirits in Vol. XXX, pp. 72-76 of his Commentary.

[36Literally "established and worshipped." Motowori says that this mention of their being laid to rest is made with an implied reference to the journey on which the deities in question had accompanied the Imperial army. He also tries to prove that this laying to rest of the deities must have occurred after the return of the Empress to Japan, as it is not possible to suppose that the gods could find a home in a foreign land ( !). But the wording of the text is against him


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 269 / 85427

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Quand le Japonais parle l’homme  Suivre la vie du site La voie des divinités - le shintô 神道   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License