Esperer-isshoni.info

Le Seigneur fit pour moi des merveilles - Épisode 4 : faut-il avoir peur des miracles ?

dimanche 21 mai 2017 par Phap

Le Seigneur fit pour moi des merveilles : les épisodes


— Chers amis, quand nous parlons de Lourdes, nous pensons inévitablement aux miracles, une notion un peu difficile à comprendre pour nos mentalités modernes. Le scientifique parlera de guérisons inexpliquées en l’état actuel de nos connaissances plutôt que de guérisons miraculeuses : il se refusera à leur attribuer une cause surnaturelle, même s’il n’en exclut pas la possibilité.

— Prenons un autre exemple, moins spectaculaire. Vous êtes dans le sanctuaire à Lourdes et vous faites une rencontre improbable qui vous change en bien : vous vous remettez à avoir confiance en la bonté du monde, des hommes – et de Dieu -, vous vous remettez à espérer, à aimer.

  • La part rationnelle qui est en vous rappellera que la probabilité de la rencontre était certes infime mais qu’elle n’était pas nulle : rien ne prouve donc l’intervention céleste.
  • Votre partie croyante y reconnaîtra le signe que quelqu’un là-haut se soucie de vous, qu’il vous aime et qu’il vous veut heureux ici et maintenant, avec ceux qui vous sont chers.

Les deux positions peuvent coexister et même s’éclairer l’une l’autre, la raison empêchant la foi de dégénérer en crédulité [1], la foi rappelant à la raison les limites au-delà desquelles cette dernière doit s’avouer impuissante.

Au final, ce sera à vous de ratifier ce que vous soufflera l’Esprit saint et vous direz : « Amen, Seigneur, je crois », en ajoutant peut-être : « Viens en aide à mon manque de foi ».

— Mes amis, Jésus lui-même hésitait à accomplir des miracles parce qu’il voyait bien qu’ils pouvaient masquer le cœur de son message : «  Convertissez-vous ; le Royaume de Dieu est proche  ». Voilà pourquoi il recommandait de ne pas ébruiter ses miracles.

Pour moi, Jésus ne voulait pas que les hommes s’arrêtent à la surface des miracles, il voulait qu’ils voient à travers eux la puissance de salut, de vie éternelle déployée par Dieu en son Fils, par son Fils, avec son Fils.

— Oui, pour nous les croyants, les miracles sont des signes qui renvoient à plus grand qu’eux : ils renvoient à la merveille que Dieu opère dans le monde en envoyant son Fils : la réalisation du Règne de Dieu sur terre.

Quand le miracle a été évangélisé, il devient la merveille que le Seigneur a fait pour moi parce qu’il m’aime, et mon cœur me dit qu’il en fera de plus grands encore pour moi et ceux que j’aime.

« Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu mon sauveur ».


© fr. Franck Guyen op, mai 2017

[1Jésus a intimé à Thomas : "Sois croyant" et non pas : "Sois crédule".


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 70 / 85348

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Quand le chrétien parle l’homme  Suivre la vie du site Art de vivre chrétien   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License