Esperer-isshoni.info

Le Seigneur fit pour moi des merveilles - Épisode 1 : la merveille de ce monde

dimanche 1er janvier 2017 par Phap

Le Seigneur fit pour moi des merveilles : les épisodes


Épisode 1 : la merveille de ce monde

§1. Je vous propose de prendre comme fil conducteur de l’année 2017 le thème : «  Le Seigneur fit pour moi des merveilles  ».
Commençons par réfléchir sur le sens du mot « merveille » : ce mot me semble combiner dans des proportions variables deux sentiments, l’étonnement et l’admiration.

§2. En passant par le registre typographique, l’admiration serait le point d’exclamation : « C’est ! C’est beau ! C’est bon ! » tandis que l’étonnement serait un point d’interrogation : « Comment se fait-il que cela soit ? que cela soit beau ? que cela soit bon ?  ».


§3. Dans la Grèce antique, les hommes admiraient la consistance, la constance des choses, et ils s’en étonnaient : comment se fait-il que le jour succède à la nuit, que les saisons suivent le même ordre immuable, que les grains de blé donnent du blé et pas autre chose, etc… ?

§4. Les philosophes grecs ont commencé à analyser les phénomènes du monde et leur émerveillement s’est redoublé : non seulement les choses avaient une logique, mais en plus, l’esprit de l’homme pouvait la découvrir. Leurs calculs leur permettaient par exemple de prédire les éclipses.
Albert Einstein (1879-1955) était proche d’eux quand il disait : « Ce qui est le plus incompréhensible, c’est que le monde soit compréhensible  ».


§5. Je dirais que les hommes de la Bible ont ressenti eux aussi l’émerveillement devant le monde, mais pour eux, il était d’abord l’œuvre chérie d’un Dieu créateur qui ne cessait de dire : «  Sois ! », «  Sois, car tu as du prix à mes yeux ! ».
Ce Dieu avait confié le monde à l’homme pour qu’il cultive la bonté qu’il y avait infusée.

§6. Pour le croyant de la Bible, la merveille du monde est fondée sur une autre merveille plus haute encore, celle de Dieu. Le registre est celui de l’affection, de la relation subjective, plus que celui de la raison, de l’investigation objective.

§7. Ainsi dans l’épisode biblique de la manne au désert quand le peuple se demandait « qu’est-ce que c’est ? » man hou en hébreu : cette fine couche comme du givre sur le sol se mange, elle t’est donnée par Dieu qui ne veut pas que tu meurs de faim.


§8. Je dirais que la foi chrétienne hérite des deux traditions biblique et grecque : en suivant le prologue de l’évangile de Jean, la logique du monde renvoie au Logos (le Verbe en grec) qui se tenait auprès de Dieu et qui était Dieu.

§9. Et la merveille se redouble une seconde fois quand le Verbe se fait chair au temps de Noël.
Avec Marie qui a porté en son sein celui qui porte l’univers, nous pouvons chanter notre admiration : « Mon âme exalte le Seigneur … ».


© fr. Franck Guyen op, janvier 2017.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 132 / 85353

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Quand le chrétien parle l’homme  Suivre la vie du site Art de vivre chrétien   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License