Esperer-isshoni.info

Taoïsme : un survol de "La Voie et la Vertu" 道德經 de Lao zi 老子 (6e s. av. J.C. ?)

samedi 31 janvier 2015 par Franck

Table des matières

  1. n°38 : "quand la Voie vient à manquer"
  2. n°48 : "parvenir au non-agir "
  3. n°1 : "la voie sur lequel on avance n’est pas la Voie"
  4. n°25 : " la Voie reçoit sa loi de sa propre nature"
  5. n°11 : " le vide permet la plénitude"
  6. n°42 : "la Voie engendra le un, ..."
  7. n°48 (déjà cité) : "obtenir l’Empire "

1§ On a pu reprocher au confucianisme de cautionner idéologiquement les sociétés d’ordre, contraignantes pour l’individu sommé de jouer un rôle prédéfini (défini par sa position dans la famille, dans le couple, dans l’Empire). Le taoïsme apparaît comme un contrepoids au confucianisme, lui qui permet à l’individu de dépasser les bornes de la société par la communion à l’originel, à l’un indicible. Dans le taoïsme, l’harmonie sociale n’est plus l’horizon ultime, elle devient une valeur seconde subordonnée à cette communion.


Extrait 1 : n°38 : "quand la Voie vient à manquer" [1]

上德無為而無以為; Les supérieurs en vertu [de la Voie] pratiquent la non-intervention [le non-faire, le laisser-faire] car ils n’ont pas de motivations propres. (Those who) possessed in the highest degree those attributes did nothing (with a purpose), and had no need to do anything.
下德為之而有以為。 Les inférieurs en vertu interviennent car ils ont des motivations propres. (Those who) possessed them in a lower degree were (always) doing, and had need to be so doing.
上仁為之而無以 為; Les supérieurs en [vertu d’humanité – confucéenne] interviennent, même s’ils n’ont pas de motivations propres. (Those who) possessed the highest benevolence were (always seeking) to carry it out, and had no need to be doing so.
上義為之而有以為。 Les supérieurs en justice [encore une vertu confucéenne] interviennent parce qu’ils ont des motivations propres. (Those who) possessed the highest righteousness were (always seeking) to carry it out, and had need to be so doing.
上禮為之而莫之應,則攘臂而扔之。 Les supérieurs en convenances[vertu confucéenne] interviennent et lèvent le bras contre ceux qui ne suivent pas [les convenances]. (Those who) possessed the highest (sense of) propriety were (always seeking) to show it, and when men did not respond to it, they bared the arm and marched up to them.
故失道而後德, Ainsi, quand la Voie vient à manquer, surviennent les vertus [de la Voie] Thus it was that when the Dao was lost, its attributes appeared ;
失德而後仁, Quand les vertus viennent à manquer, survient la [vertu d’] humanité when its attributes were lost, benevolence appeared ;
失仁而後義,失義而後禮。 Quand l’humanité vient à manquer, survient la justice. Quand la justice vient à manquer, surviennent les convenances. when benevolence was lost, righteousness appeared ; and when righteousness was lost, the proprieties appeared.
夫禮者,忠信之薄,而亂之首。 En fait, les convenances sont une forme superficielle de la loyauté et de la confiance, et elles sont le début de la confusion. Now propriety is the attenuated form of leal-heartedness and good faith, and is also the commencement of disorder ;
前識者,道之 華,而愚之始。 Savoir d’avance est une fleur de la Voie, et c’est aussi le commencement de la duperie. swift apprehension is (only) a flower of the Dao, and is the beginning of stupidity.
是以大丈夫處其厚,不居其薄;處其實,不居其華。故去彼取此。 Il en résulte que l’homme de caractère s’en tient à ce qui est profond et ne s’arrête pas au superficiel ; il s’en tient au fruit et ne s’arrête pas à la fleur , il écarte l’un et choisit l’autre. Thus it is that the Great man abides by what is solid, and eschews what is flimsy ; dwells with the fruit and not with the flower. It is thus that he puts away the one and makes choice of the other.

2§ Ces réflexions nous ont été inspirées par l’extrait suivant du tao tö king, un des livres fondamentaux du taoïsme , attribué au personnage 老子 Lao Zi (son existence historique est discutée ; la tradition lui assigne les dates -570 – 490 avant Jésus Christ) : selon ce passage, il y a un déclin dans l’ordre du monde au fur et à mesure que l’on s’éloigne du bien suprême, la Voie 道 dao. Les « rites » apparaissent en dernier après la Voie, la Vertu, l’Amour et la Justice : on mesure la distance avec maître Kong qui visait à former l’homme « noble », le « gentil homme », à et par la pratique accomplie des rites. Moindre bien, dit Lao Zi, par rapport à la pratique de la Voie, et qui vient en compensation imparfaite après elle.


Extrait 2 : n°48 : "parvenir au non-agir " [2]

為學日益,為道日損。 Celui qui se livre à l’étude augmente chaque jour.
Celui qui se livre au Tao diminue chaque jour .
(Forgetting knowledge)
He who devotes himself to learning (seeks) from day to day to increase (his knowledge) ; he who devotes himself to the Dao (seeks) from day to day to diminish (his doing).
損之又損,以至於無為。 Il diminue et diminue sans cesse jusqu’à ce qu’à parvenir au non-agir [à la non-intervention]. He diminishes it and again diminishes it, till he arrives at doing nothing (on purpose).
無為而無不為。 Dès qu’il pratique le non-agir, il n’est rien qu’il ne puisse faire. Having arrived at this point of non-action, there is nothing which he does not do.
取天下常以無事, On obtient toujours l’Empire en n’étant pas affairiste. He who gets as his own all under heaven does so by giving himself no trouble (with that end).
及其有事,不足以取天下。 Quand on est affairiste, on ne peut obtenir l’Empire If one take trouble (with that end), he is not equal to getting as his own all under heaven.

3§ L’extrait n°2 critique l’étude si chère à Maître Kong (cf. extrait cité plus haut). Par l’étude, on se remplit toujours plus de savoirs notionnels – et on devient incapable d’être rempli par l’univers (métaphore du vase, qui renvoie au « vide »- cf. plus bas).


Extrait 3 : n°1 : "La voie sur lequel on avance n’est pas la Voie" [3]

道德經 : Le classique de la Voie et de la Vertu Dao De Jing :
道可道,非常道。名可名,非常名。 La voie sur lequel on avance n’est pas la Voie. (Embodying the Dao)
The Dao that can be trodden is not the enduring and unchanging Dao. The name that can be named is not the enduring and unchanging name.
無名天地之始;有名萬物之母。 Le nom qu’on peut nommer n’est pas le nom éternel.Sans nom, Ciel et Terre en procèdent. Avec un nom, les 10 000 êtres l’ont pour mère. (Conceived of as) having no name, it is the Originator of heaven and earth ; (conceived of as) having a name, it is the Mother of all things.
故常無欲,以觀其妙;常有欲,以觀其徼。 Eternellement sans désir, on en saisit la subtilité ; éternellement avec le désir, on en saisit les bords. Always without desire we must be found,
If its deep mystery we would sound ;
But if desire always within us be,
Its outer fringe is all that we shall see.
此兩者,同出而異名,同謂之玄。 Les deux aspects ont la même source qui se différencie par leur nom. Ils relèvent du mystère qui porte le même nom. Under these two aspects, it is really the same ; but as development takes place, it receives the different names.
玄之又玄,衆妙之門。 Quand le mystère se redouble, là se trouve la porte de la subtilité. Together we call them the Mystery. Where the Mystery is the deepest is the gate of all that is subtle and wonderful.

4§ Prenons garde à ne pas définir le taoïsme uniquement en négatif du confucianisme. Il comporte aussi une dimension positive quand il décrit son bien ultime, la Voie. Cette description est ô combien difficile, puisque « la voie qui peut s’énoncer n’est pas la Voie pour toujours ». L’extrait n°3 dit la Voie comme principe originel et terminal (« Germe » et « terme ») de toutes choses (« Ciel et Terre en procèdent »), comme mystère du Deux – Un, fondant la dualité et pourtant la dépassant.


Extrait 4 ; n°25 : " la Voie reçoit sa loi de sa propre nature" [4]

有物混成,先天地生。 Il y a quelque chose de trouble et d’accompli, il existe avant Ciel et Terre. (Representations of the mystery)
There was something undefined and complete, coming into existence before Heaven and Earth
寂兮寥兮,獨立不改,周行而不殆, Silencieux et sans contenu, se dressant solitaire et sans changer, allant partout et sans se mettre en danger . How still it was and formless, standing alone, and undergoing no change, reaching everywhere and in no danger (of being exhausted) !
可以為天下母。 On peut le voir comme la mère de tout ce qui est sous le Ciel It may be regarded as the Mother of all things.
吾不知其名,字之曰道, 強為之名曰大。 Ignorant son nom, je l’ai désigné comme la Voie. En me forçant encore, je l’ai dit Grand. I do not know its name, and I give it the designation of the Dao (the Way or Course). Making an effort (further) to give it a name I call it The Great.
大曰逝,逝曰遠,遠曰反。 Grand, on dit qu’il passe ; passant, on dit qu’il s’éloigne ; éloigné, on dit qu’il revient. Great, it passes on (in constant flow). Passing on, it becomes remote. Having become remote, it returns.
故道大,天大,地大,王亦大。域中有四大,而王居其一焉。 Par conséquent, grande est la Voie, grand est le Ciel, grande est la Terre, grand aussi est le Roi. Il y quatre Grands dans la région du milieu, le Roi est l’un d’entre eux. Therefore the Dao is great ; Heaven is great ; Earth is great ; and the (sage) king is also great. In the universe there are four that are great, and the (sage) king is one of them.
人法地,地法天,天法道,道法自然。 L’homme reçoit sa loi de la Terre, la Terre reçoit sa loi du Ciel, le Ciel reçoit sa loi de la Voie, la Voie reçoit sa loi de sa propre nature. Man takes his law from the Earth ; the Earth takes its law from Heaven ; Heaven takes its law from the Dao. The law of the Dao is its being what it is.

5§ Dans l’extrait n°4, Lao Zi semble introduire un quatrième terme en ajoutant la Voie道 Dao à la triade Terre – Homme – Ciel. Ce quatrième terme constitue un point d’arrêt dans l’ordre cosmique (法 fa traduit par « suivre » dans l’extrait cité) indiqué par Lao Zi : l’Homme est sub-ordonné à la Terre, qui l’est au Ciel, lequel l’est à la Voie – mais on s’arrête dans la remontée puisque la Voie n’est subordonnée qu’à elle-même.
6§ La Voie apparaît ici en tension entre un pôle d’immanence, de continuité, d’homogénéité (la Voie comme un des quatre) et un pôle de transcendance, de rupture, d’hétérogénéité (la Voie comme extérieure à l’ordre). Pour reprendre une catégorie philosophique développée par Heidegger, le Dao fonctionne comme un « transcendantal » (au sens où il vient-avec-toute-chose mais qu’il n’est aucune chose)
7§ Nous pouvons maintenant comprendre pourquoi le taoïsme a été souvent présenté comme une alternative libérante par rapport au conformisme d’un certain confucianisme. Le taoïsme ouvre en effet la perspective sur un ailleurs du huis-clos de la triade Terre – Homme – Ciel, ailleurs qui se tient en dessous (comme « germe ») et au-dessus (comme « terme ») de cette triade, et donc qui ne situe pas sur le même plan que la Triade.


Extrait 5 : n°11 : " le vide permet la plénitude" [5] [6]

Dao De Jing : 三十輻,共一轂,當其無,有車之用。埏埴以為器,當其無,有器之用。鑿戶牖以為室,當其無,有室之用。 Les 30 rayons convergent vers l’axe, mais c’est le vide qui permet l’usage du chariot. On fait des vases à partir de l’argile, mais c’est le vide qui permet l’usage du vase. On perce fenêtres et porte dans la maison, mais c’est le vide qui permet l’usage de la maison. (The use of what has no substantive existence)
The thirty spokes unite in the one nave ; but it is on the empty space (for the axle), that the use of the wheel depends. Clay is fashioned into vessels ; but it is on their empty hollowness, that their use depends. The door and windows are cut out (from the walls) to form an apartment ; but it is on the empty space (within), that its use depends.
道德經 :故有之以為利,無之以為用。 Par consequent, les choses ont un intérêt mais c’est ce qui n’est pas quelque chose qui rend possible leur usage. Therefore, what has a (positive) existence serves for profitable adaptation, and what has not that for (actual) usefulness.

7§ Dans l’extrait 5, Lao Zi fait fonctionner le « vide » 無 comme un « transcendantal » : c’est le vide qui permet au vase d’accomplir sa fonction, soit transposé sur le plan abstrait : « Le fait d’être vide rend possible le remplissage » [7].


Extrait 6 : n°42 : "La Voie engendra le un, ..." [8]

道生一,一生二,二生三,三生萬物。 La Voie engendra le un, le un engendra le deux, le deux engendra le trois, le trois engendra les 10 000 choses. (The transformations of the Dao)
The Dao produced One ; One produced Two ; Two produced Three ; Three produced All things.
萬物負陰而抱陽,沖氣以為和。 Les 10 000 choses portent le yin (le pôle négatif) dans le dos et tiennent dans leurs bras le yang (le pôle négatif), dans l’accord infusé par le souffle. All things leave behind them the Obscurity (out of which they have come), and go forward to embrace the Brightness (into which they have emerged), while they are harmonised by the Breath of Vacancy.

8§ Le dernier extrait nous permet de retrouver le concept d’harmonie mentionné plus haut. Lao Zi reprend la fonction de germe de la Voie, en disant la procession de toute chose (les « dix-mille » désignent en chinois l’ensemble des êtres sous le ciel) à partir de la Voie dans un processus de différenciation toujours plus ample : un, puis deux, puis trois, puis dix-mille.

9§ Chaque être se définit comme tension entre le principe yin 陰 et le principe yang 陽, décrits métaphoriquement comme respectivement derrière (« yin à dos ») et devant (« yang en ses bras ») ; l’harmonie 和 he résulte de la circulation entre ces deux pôles, circulation des souffles : que l’un des souffles soit empêché et c’est le déséquilibre, le désordre.


Extrait 7 : n°48 déjà cité : "obtenir l’Empire " [9]

為學日益,為道日損。 Celui qui se livre à l’étude augmente chaque jour.
Celui qui se livre au Tao diminue chaque jour .
(Forgetting knowledge)
He who devotes himself to learning (seeks) from day to day to increase (his knowledge) ; he who devotes himself to the Dao (seeks) from day to day to diminish (his doing).
損之又損,以至於無為。 Il diminue et diminue sans cesse jusqu’à ce qu’à parvenir au non-agir [à la non-intervention]. He diminishes it and again diminishes it, till he arrives at doing nothing (on purpose).
無為而無不為。 Dès qu’il pratique le non-agir, il n’est rien qu’il ne puisse faire. Having arrived at this point of non-action, there is nothing which he does not do.
取天下常以無事, On obtient toujours l’Empire en n’étant pas affairiste. He who gets as his own all under heaven does so by giving himself no trouble (with that end).
及其有事,不足以取天下。 Quand on est affairiste, on ne peut obtenir l’Empire If one take trouble (with that end), he is not equal to getting as his own all under heaven.

10§ L’idéal taoïste est de retrouver la Voie et de s’y tenir : alors on domine l’univers, et politiquement on est appelé aux plus hautes fonctions, parce qu’on se tient au moyeu de la roue, qui entraîne tout dans sa rotation, ou, si l’on préfère une formulation abstraite, parce qu’on se tient au fondement universel de toutes choses (les dix-mille). La pratique de la Voie sera une pratique paradoxale : il s’agira de « non-faire » 無為 wu wei, tel l’Empereur de Chine, invisible, inaccessible, et dont les ordres pourtant déterminent la vie du moindre village.

11§ Comme le confucianisme, le taoïsme a rencontré un écho extraordinaire dans la culture chinoise. L’idéal de se tenir au centre de toutes choses avec comme effet secondaire la maîtrise de toutes ces choses, cet idéal donc a nourri un autre idéal, celui d’échapper à la mort. D’où les pratiques de type alchimique afin d’assurer la santé, de guérir des maladies et plus ultimement d’atteindre l’immortalité. Les histoires d’empereurs demandant aux maîtres taoïstes de lui fournir la potion d’immortalité trouvent là leur fond à notre avis.


© esperer-isshoni.fr, mai 2009
© esperer-isshoni.info, janvier 2015

[1Pour le texte chinois et les traductions anglaise et française :
http://wengu.tartarie.com/
Voir aussi en anglais :
http://ctext.org/dao-de-jing
Ici, la traduction française est de notre fait.

[2Pour le texte chinois et les traductions anglaise et française :
http://wengu.tartarie.com/
Voir aussi en anglais :
http://ctext.org/dao-de-jing
Ici, la traduction française est de notre fait.

[3Pour le texte chinois et les traductions anglaise et française :
http://wengu.tartarie.com/
Voir aussi en anglais :
http://ctext.org/dao-de-jing
Ici, la traduction française est de notre fait.

[4Pour le texte chinois et les traductions anglaise et française :
http://wengu.tartarie.com/
Voir aussi en anglais :
http://ctext.org/dao-de-jing
Ici, la traduction française est de notre fait.

[5pour éviter le terme de "vacuité" qui renvoie par trop au bouddhisme

[6Pour le texte chinois et les traductions anglaise et française :
http://wengu.tartarie.com/
Voir aussi en anglais :
http://ctext.org/dao-de-jing
Ici, la traduction française est de notre fait.

[7A rapprocher du n°40 qui dit :

反者道之動;弱者道之用。 La Voie se meut dans le retour. La Voie emploie la faiblesse. Turning back is how the way moves ;Weakness is the means the way employs.
天下萬物生於有,有生於無。 Les 10 000 êtres sous le ciel vivent par l’attribution, l’attribution 有 vit de la non[-attribution] 無. The myriad creatures in the world are born from
Something, and Something from Nothing.

.

[8Pour le texte chinois et les traductions anglaise et française :
http://wengu.tartarie.com/
Voir aussi en anglais :
http://ctext.org/dao-de-jing
Ici, la traduction française est de notre fait.

[9Pour le texte chinois et les traductions anglaise et française :
http://wengu.tartarie.com/
Voir aussi en anglais :
http://ctext.org/dao-de-jing
Ici, la traduction française est de notre fait.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 172 / 94695

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Quand l’Asie sinisée parle l’homme  Suivre la vie du site Le taoïsme   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License