Esperer-isshoni.info

La visée fondamentale

mercredi 29 janvier 2014 par Phap

"esperer-isshoni" : en baptisant ainsi notre projet , nous entendons donner dès le début les clés de fonctionnement du projet à notre lecteur.

Il s’agit d’espérer, et d’espérer "ensemble" (isshoni en japonais).

Nous visons une attitude portant sur l’ensemble de l’existence (humaine), en solidarité avec d’autres ; nous ne visons pas une simple production de savoir stimulant uniquement la partie cérébrale de l’être humain.

Pour le dire autrement, notre visée est d’inciter à un déplacement, à une émotion (un mouvement qui fait sortir de) des cœurs (le cœur étant entendu comme centre de décision et comme centre de réflexion). Ensemble. La perspective est celle de la conversion commune, la nôtre et celle de nos frères et sœurs en humanité.

Conversion à quoi, de quoi, pourquoi ?

Notre postulat, notre conviction de base est que l’être humain se définit comme être en projet, sur le plan individuel comme sur le plan de l’espèce. Être en projet, l’être humain a la mission de bâtir son avenir, avenir qui se découvre à lui au fur et à mesure qu’il avance, avenir qu’il espère. De cet avenir qu’il bâtit, l’être humain en abrite l’intuition : un avenir de communion entre les hommes, communion où la singularité de chacun joue harmonieusement dans la symphonie totale, sans rivalité ni envie ni jalousie. Avenir d’un cosmos enfin réconcilié avec lui-même, où la joie de chacun fera le bonheur de tous. A cette intuition, l’être humain rapporte toutes ses réalisations, et c’est à cette aune qu’il en mesure la validité, pour lui et ses frères et soeurs en humanité - du moins c’est ce que nous croyons qu’il doit faire s’il veut être à la hauteur de lui-même.

Espèrance qui demande la conversion, si l’on ne veut pas en rester au stade du "wishfull thinking" comme le dit si bien l’anglais, où il s’agit simplement d’agiter les bras en l’air et de soupirer d’un air malheureux, puis ensuite de passer à autre chose - aux choses sérieuses.

Notre vision de l’homme comme mystère.

Nous voyons l’homme comme un être métissé, un être au double enracinement - qui en fait un être mystérieux. Mystère qu’est l’être humain, provoqué à habiter sous le ciel et sur la terre, pieds enracinés dans la terre, cette terre dont il vient et où il retournera, avec les yeux tournés vers le ciel, ce ciel avec lequel il se sent en connivence et qu’il veut aussi habiter. Mystère de l’être humain à la double solidarité, au double ancrage - être métissé, tissé de plusieurs fils, - constitutivement. Tissé de la terre, mais aussi tendu par une aspiration, une espérance du ciel - pour lui et pour la terre. Double solidarité, double constitution, qui rend double son habiter : l’homme habite la terre non seulement en la peuplant de maisons, de lieux saints, de ponts et de routes, - avec les pierres, l’acier, tirés de la terre - mais aussi en la disant dans des histoires, dans des œuvres d’art, dans des cultures - avec les symboles qui parlent le monde, du profond de la terre, des enfers, jusqu’au plus haut des cieux.

Notre position particulière de croyant chrétien

Nous prévenons le lecteur que notre position personnelle est celle d’un chrétien catholique. Nous le prévenons aussi que nous avons essayé de distinguer clairement nos différents niveaux de prise de parole, en précisant les passages explicitement inspirés par notre position confessante.
Notre position s’enracine dans la Bible, qui dit l’être humain invoqué, convoqué et provoqué : constitué au plus intime de lui-même par une parole qui le précède (invocation) et qui l’appelle vers l’avenir de communion (provocation), individuellement et communautairement, avec ses frères et sœurs et sans doute avec le cosmos tout entier (convocation). Espérance d’une communion universelle, d’un univers réconcilié avec lui-même et avec la Parole mystérieuse qui ne cesse de le faire advenir et tenir.

Pour nous, l’espérance aux couleurs bibliques a déjà sa figure accomplie dans l’évènement de la Parole faite homme jusqu’au bout, dans l’évènement de cet homme né il y a deux mille ans dans un coin de Palestine, qui a révélé à quelle hauteur l’homme est appelé à vivre, et qui l’a réalisé en lui - pour tous les êtres humains. En Jésus, notre position chrétienne nous fait percevoir la figure de l’homme parfait, qui a accompli pleinement l’existence humaine dans son mystère.


Notes

[1] Version du mardi 11 avril 2007


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 551 / 88173

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Généralités   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License